Des arbres pour compenser

Sud Ouest du 31 mars 2009
mardi 31 mars 2009
par  Marc Lafosse
popularité : 18%

D Comme durable

Sept arbres - deux érables champêtres, quatre frênes et un tilleul - seront plantés demain, mercredi 1er avril, à 15 heures sur le terrain de la ferme enfantine de Bordeaux-les Aubiers. Pour compenser les gaz à effet de serre produits lors de la traversée de la Garonne à la nage lors de « Bordeaux fête le vin » l’an passé.

Ce n’est pas une blague, encore moins un poisson d’avril. C’est la concrétisation d’une promesse faite par Marc Lafosse, l’organisateur de l’épreuve, ancien champion de France, membre du club de natation des Girondins de Bordeaux. « La traversée de Bordeaux à la nage sera le premier événement sportif français compensé localement » dit-il.

Réduire ou compenser

Une action en deux temps. Premier temps : lors de l’épreuve, les organisateurs font tout pour réduire les émissions de gaz.

En 2008, le nombre d’engins motonautiques a été ainsi limité au minimum et ce qui pouvait engendrer des productions nocives a été revu. Exemples : les organisateurs ont utilisé du papier recyclé pour l’impression de leurs documents, distribué des gobelets compostables, ou encore composé un buffet de ravitaillement avec des produits de saison et de proximité.

Deuxième temps : les organisateurs évaluent les émissions de gaz inévitables et prévoient une action compensatrice. Pour l’épreuve 2008, Marc Lafosse a ainsi demandé à MT Partenaires de chiffrer précisément le bilan carbone et de calculer ce qu’il faudrait faire pour compenser.

Voilà pourquoi sept arbres. « Selon les études réalisées, en poussant sur 20 ans, ces arbres compenseront l’effet négatif des gaz produits durant l’épreuve de l’an passé » explique Marc Lafosse.

JPEG - 82.5 ko

Chaque année

Marc Lafosse et ses amis feront de même chaque année. La prochaine traversée de la Garonne à la nage aura lieu le 20 juin à l’occasion de « Bordeaux fête le fleuve, les quais chantent, les quais dansent. »

400 participants sont attendus, en gros 70 % de nageurs originaires de la Gironde, 20 % de la Région et 10 % hors région. L’origine des compétiteurs est surveillée de près... car ça compte beaucoup dans le bilan carbone. Plus les gens viennent de loin, plus ils produisent de gaz à effet de serre avec leurs voitures.

Jean-Paul Vigneaud Sud Ouest du 31 mars 2009


 

 

 

 

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur