La Traversée, comment sont formés nos sauveteurs

Article de 2010
lundi 8 mars 2010
par  G. Grimblot
popularité : 21%

JPEG - 19.8 ko 35 étudiants S.T.A.P.S. titulaires du Brevet national de Secours et de Sauvetage aquatique (B.N.S.S.A.) de la Faculté des Sciences du Sports de l’Université Victor Ségalen de Bordeaux 2 ont assuré la sécurité de la TBN

Interview en 2010 de Jacques Fabre en retraite a été responsable du Département des Activités Aquatiques, de la formation des étudiants au sauvetage.

« En STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives) nous avons décidé de professionnaliser les compétences aquatiques de nos étudiants et de faire émerger des vocations et des prises de responsabilité.

En effet, nos étudiants viennent de toute l’Aquitaine et sont souvent issus des communes littorales.

L’été, ils sont présents sur les plages, dans tous les postes de secours de La Rochelle à Hendaye au même titre que les sauveteurs aquatiques des CRS et de la S.N.S.M. 

600 étudiants formés en 8 ans sur un module de 80 heures, le secourisme étant assuré en partenariat avec la S.N.S.M,  avec un double avantage :

-Coût de revient du diplôme à minima car il est intégré dans leur parcours universitaire, avec notation et évaluation.

-encadrement professionnalisant par des étudiants STAPS déjà titulaires du B.N.S.S.A, en situation d’enseignants stagiaires, sous la responsabilité d’enseignants S.T.A.P.S. »

Ecoutons NINA et LUCIE étudiantes  stagiaires 2010 «  Encadrer  c’est être pédagogue, c’est trouver les mots qu’il faut. Il faut expliquer simplement tout en trouvant la manière de s’imposer. En effet les étudiants au diplôme du B.N.S.S.A. ont le même âge que nous et nous avons eu les mêmes doutes quand nous le préparions.

Essayer de trouver d’où viennent les problèmes et parvenir, autant qu’on le peut, à les corriger, est quelque chose de fantastique. »

Jacques Fabre conclut par ce qui semble être sa motivation et sa ligne de conduite : « nous avons en Aquitaine la plus grande région d’Europe en terme de surfaces aquatiques ludiques ouvertes au tourisme. Il faut inventer un nouveau métier pris en charge par les budgets des collectivités. Dans les communes littorales , il y a la place pour des emplois polyvalents qui assureront l’été la surveillance des plages et le respect de l’environnement et le reste de l’année l’animation des associations (sport secourisme, natation scolaire, respect de l’environnement, …)

 L’étudiant S.T.A.P.S. issu de ces communes littorales avec son double parcours, sportif et universitaire, est le candidat par excellence.  »