Un air de Fête du fleuve

article paru dans Sud Ouest, 22 mai 2011
lundi 23 mai 2011
par  JulieSemeyn
popularité : 24%

 

Le nouveau maxi-ponton de la ville a été inauguré hier soir dans une ambiance festive, décontractée et évidemment nautique.

JPEG - 56.5 ko

Un ponton de 155 mètres de long pour 5,5 de large

 

Une mini-répétition de la prochaine Fête du fleuve qui se déroulera dans moins d’un mois. C’est ce à quoi les Bordelais massés quai Richelieu, devant la Maison Écocitoyenne, ont pu assister hier soir par une belle soirée de printemps.

La ville de Bordeaux inaugurait en effet son nouveau maxi-ponton. Un magnifique ouvrage de 155 mètres de long pour 5,5 de large pouvant accueillir des bateaux jusqu’à 900 tonnes.

Présidée par Hugues Martin (qui palliait l’absence d’Alain Juppé en déplacement en Côte d’Ivoire), par Alain Rousset et par Vincent Feltesse, la cérémonie accueillait deux invités exceptionnels : le paysagiste Michel Corajoud, auteur de la rénovation des quais qui prévoyait déjà ce ponton et hier soir mitraillait les lieux avec son appareil photo, et Simon Compaore, maire de Ouagadougou, ville jumelle de Bordeaux.

Cette mini-Fête du fleuve a débuté en tout début d’après-midi avec des nageurs qui se sont élancés pour la traversée du fleuve, sous la houlette de Marc Lafosse, à qui on doit aussi l’hydrolienne placée sous le ponton et qui l’alimente en électricité. Un bonus écologique qu’ont salué les trois orateurs d’hier soir. La fête s’est poursuivie tout l’après-midi avec des animations nautiques, des mini-croisières, des pauses musicales assurées par les groupes « La fiancée du pirate » et « Jazzimute ».

En fin d’après-midi, les bateaux partenaires de la soirée sont venus accoster au ponton flambant neuf pendant que le remorqueur canon à eau arrosait la Garonne.

Lors de leurs discours, Hugues Martin, Alain Rousset et Vincent Feltesse ont très consensuellement salué la renaissance du fleuve et surtout le regain d’intérêt que lui portent les habitants. « Le temps du deuil avec la fin des activités portuaires est passé » souligne Vincent Feltesse tandis qu’Alain Rousset se réjouit de souligner « qu’avec ce paseo des quais, Bordeaux a retrouvé sa fibre de ville du sud. »

Les discours terminés, les invités sont montés à bord des bateaux pour une parade nautique, direction le futur pont Bacalan-Bastide, au son des cornes de brume et des sirènes, avant une dernière animation artistique et musicale autour du voilier « Sinbad » pris d’assaut par des pirates.

Le ponton a coûté 2,8 millions d’euros, partagés entre la ville (900 000), la CUB et la Région (400 000 chacune) et l’État via des fonds européens.

BENOÎT LASSERRE

 

 



 

 

 

 

Sites favoris


2 sites référencés dans ce secteur