L’estuaire de la Gironde : défi écologique, défi économique

mardi 18 novembre 2008
par  Marc Lafosse
popularité : 14%

Article réalisé par Marie-Agnès DUPOUEY Responsable du Département des Etudes d’Environnement, d’Aménagement et d’Urbanisme du Port autonome de Bordeaux.

L’estuaire de la Gironde est un lieu de rencontre :

- Rencontre des eaux douces avec les eaux marines,

- Rencontre avec les poissons et des oiseaux migrateurs, auxquels l’estuaire offre un lieu de passage, une zone de croissance, un quartier d’hiver,

- Rencontre avec des grands navires sillonnant les mers du monde et qui, pour quelques heures font escale au port de Bordeaux.

JPEG - 44.5 ko

Aujourd’hui, le défi que doit relever le Port autonome de Bordeaux c’est de favoriser la conciliation entre la nécessité de développer les différentes activités économiques d’une part, et celle de préserver la qualité de l’environnement de l’estuaire et le cadre de vie des populations d’autre part.

C’est un défi à la fois économique et écologique.

- L’activité portuaire concourt, à l’évidence, aux deux premières bases du développement durable : bases économique et sociale.

- Pour la troisième base, à savoir la préservation de l’environnement, en raison même de la présence du plus vaste estuaire d’Europe, aux richesses écologiques reconnues, bordé par d’importants espaces naturels, doté d’un patrimoine culturel et caractérisé par un cadre de vie de qualité, le maintien et le développement des activités portuaires doivent également apporter une contribution.

- La qualité de l’environnement estuarien est soulignée notamment par l’inventaire de zones d’intérêts écologiques : ZNIEFF, ZICO et également Zones Vertes et Axes Bleus (axes prioritaires pour les poissons migrateurs instaurés par le SDAGE Adour Garonne) et les propositions de sites dans le cadre du réseau NATURA 2000 (estuaire de la Gironde, Garonne, Dordogne).

- Le respect des préoccupations d’environnement participant aujourd’hui à l’image de marque et à la notoriété, le Port autonome de Bordeaux s’est doté d’une politique en environnement guidée par le principe de précaution et avec pour objectifs notamment :

— de poursuivre et d’améliorer la connaissance scientifique et environnementale,

— d’être à l’écoute des associations de protection de l’environnement, des experts scientifiques, des communes riveraines, des autres usagers de l’estuaire,

— d’organiser une meilleurs information et une concertation sur les travaux et l’exploitation portuaires et les projets d’aménagement.

JPEG - 1 Mo

Le port autonome de Bordeaux en chiffres :

Le Port de Bordeaux est en relation avec 300 ports dans le monde. Il traite environ 9 millions de tonnes de marchandise par an, ce qui équivaut à un trafic de 400 000 camions en moins sur les routes.

Les principaux trafics sont les hydrocarbures, les produits liés à l’agriculture et à l’agroalimentaire et les marchandises diverses dont les conteneurs.

Enfin, le port de bordeaux emploie plus de 400 personnes et l’activité portuaire génère environ 2000 emplois directs et 15 000 emplois indirects dans la zone d’influence du port.

Marie-Agnès DUPOUEY Responsable du Département des Etudes d’Environnement, d’Aménagement et d’Urbanisme du Port autonome de Bordeaux.